Évf. 52 szám 3-4 (2013): Prózai kegyességi műfajok a kora újkorban
Tanulmányok

„Aluvó oláhok ébresztése”: Melius Juhász Péter egyik prédikációjának román és ruszin fordítása

Megjelent július 1, 2013
Levente Nagy
Eötvös Loránd Tudományegyetem
PDF

APA

Nagy, L. (2013). „Aluvó oláhok ébresztése”: Melius Juhász Péter egyik prédikációjának román és ruszin fordítása. Studia Litteraria, 52(3-4), 67–78. https://doi.org/10.37415/studia/2013/3-4/67–78.

Dans la pemière partie de l’étude il s’agit de l’opinion de Melius concernant la situation sociale et religieuse des Roumains de rite byzantine. Melius a exprimé ces idées dans son livre Magyar prédikációk (Debrecen, 1563). C’était la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (Rom, 13-16) dans laquelle il a trouvé la bonne recette pour décrire son attitude envers des Romains. Dans cette lettre Paul écrit: «Je me dois aux Grecs et aux Barbares, aux savants et aux ignorants. Ainsi, autant qu’il est en moi, je suis prêt à vous annoncer aussi l’Evangile, à vous qui êtes à Rome. Car je n’ai point honte de l’Evangile; c’est une force divine pour le salut de tout homme qui croit, premièrement du Juif, puis du Grec.» De cette passage Melius tire la conclusion suivante: le bon predicateur a le devoir de prêcher la parole de Dieu non seulement parmis les savants et les puissants, mais parmis les barbares et les ignorants (comme sont les Romains) aussi. Dans la deuxième partie de l’étude je présente l’influence de l’oeuvre de Melius sur les écrits des prédicatuers romains calvinistes ou calvinisants. Dans la littérature roumaine et hongroise une opinion s’est répandue selon laquelle le livre imprimé par le diacre Coresi à Brassó en 1567-1568 (Tâlcul evangheliilor – Expilcation des evangiles, nommé aussi la première Cazania de Coresi) aurait été une traduction du hongrois d’après le livre Válogatott prédikációk (Debrecen, 1563) l’oeuvre de Melius. C’était Pandele Olteanu qui a démontré que les deux livres étaient totalement différents aussi bien par leur contenu, que par leur esprit, leur style et leur structure. L’original de la Cazania de Coresi était, selon Olteanu, l’Apostille de Neagovo (Postilla de Neagovo) écrit vers le milieu du XVIe siècle en ruthène, mais connu aujourd’hui seulement d’une copie de 1758. Il est vrai que les deux textes, le roumain et le ruthène, sont presque identiques, mais, contrairement à Olteanu, j’ai essayé de démontrer avec des preuves philologiques que la Cazania de Coresi est version originale d’après laquelle on a fait la traduction ruthène. Entre autres, malgré l’affirmation d’Olteanu concernant la différence entre la Cazania de Coresi et le livre de Melius (Válogatott prédikációk) j’ai réussi à identifier un sermon de Melius provenant de Válogatott predikációk, qui se trouve non seulement dans la version roumaine, mais dans la ruthène aussi. On peut donc affirmer que le livre de Melius a eu une influence considérable sur la propagation de la Réforme parmis les Roumains et les Ruthènes.